Eternity Ranch


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Isaak Keenan, The Lonely Cowboy [Validé]

Aller en bas 
AuteurMessage
Isaak Keenan

avatar

Nombre de messages : 5
Age : 27
Date d'inscription : 15/11/2010

Feuille de personnage
Age: 31 ans
Relations:

MessageSujet: Isaak Keenan, The Lonely Cowboy [Validé]   Ven 19 Nov - 4:46

ID



  • Nom : Keenan
  • Prénom : Isaak
  • Surnom : Aucun. Qui aurait bien pu lui en donner un d'ailleurs?
  • Age : 31 ans
  • Date & Lieu de Naissance : 02 Février 1979 à Livingston, États-Unis
  • Origine Sociale : Fils de fermier, il n'a cependant jamais été dans le besoin, le ranch de son père étant prospère.
  • Niveau Equestre : Isaak monte à cheval depuis toujours, il peut monter dans à peu près n'importe quelles conditions et quasiment n'importe quel cheval.
  • Affiliation: Professeur ( « Chuchoteur » )
  • Statut : Célibataire, divorcé



WHAT DO YOU LIKE ?



  • Littérature Favorite : Rien qui ne se perde trop en fioritures inutiles. Il aime les styles simples mais efficaces, les tournures qui surprennent plus par l'idée qu'elles projettent que par un déploiement de mots précieux. Il aime bien Oscar Wilde. Mais il prend rarement le temps de lire au final, même s'il tente régulièrement de caser un livre ou deux dans son temps libre, la plupart finissent abandonnés à mi-lecture.
  • Style Musical Préféré : Le bon vieux rock des années 70, et dans les moments plus calmes, du Trip-Hop
  • Et du côté de la Filmographie ? : Isaak adore le cinéma, que ce soit les films d'horreur, d'action, fantastique, policier... Mais il n'avouera jamais qu'il lui arrive aussi de regarder des comédies ou films sentimentaux!
  • Lieux Préférés: Il aime le calme étouffé des forêts, et celui, plus déchainé, de l'océan, bien qu'il ne le vit qu'à de rares occasions. Mais son endroit préféré reste tout de même le rond de longe ou les prés où cavalent les chevaux, qu'il pourrait observer des heures, accoudé à la barrière.
  • Goût Culinaire : Il se contente de peu, n'aimant pas spécialement cuisiné, ou plutôt n'en prenant pas le temps. Il n'est pas habitué à des plats extrêmement raffinés, et il manquerait sans doute leurs subtilités, mais il apprécie tout de même la bonne cuisine, tant que ce n'est pas trop surfait.
  • Couleur Favorite : le gris
  • Passion : Les chevaux, évidemment, mais est-ce utile de le préciser? Après tout, son amour des équidés lui a coûté son mariage, et il a toujours préféré la présence des chevaux à celle des hommes.



I WANT TO KNOW YOU A BIT MORE...



  • Caractère : Difficile de cerner un homme aussi silencieux qu'Isaak Keenan. C'est le genre de personnage qui reste dans un coin à observer, discret, et qui s'échappe dès qu'on cherche à l'approcher d'un peu trop près. Il n'aime pas qu'on s'immisce dans son espace personnel et encore moins dans sa vie, il déteste les gens trop familiers avec lui. Gare à celui qui le touche, ne serait-ce qu'en posant sa main sur son épaule ou son bras! Il salue d'un léger hochement de tête plutôt que d'une poignée de main ou même d'une bise, ce qui le fait passer pour un personnage froid voir misanthrope. Pourtant, ce n'est pas le cas, s'il évite de trop près le contact humain c'est simplement par malaise et maladresse, il ne se sent pas à sa place dans le cercle des hommes. C'est quelqu'un qui établit ses relations avant tout dans la distance. Il approchera uniquement quand il en aura l'envie, et si l'on s'avance avant cela, il ne fera que fuir plus loin.
    Le contact est rendu d'autant plus ardue par son humeur peut être lunatique. L'âme morose, il pourra envoyer paître n'importe qui sans raison si ce n'est pas le jour de lui parler. Au contraire, on le trouve parfois d'une humeur plus légère, et comme espérant qu'on vienne le voir sans qu'il ose lui-même aller chercher la présence des autres.

    Malgré un caractère assez ours, il n'hésitera pas à aider en cas de besoin, toujours serviable à la condition qu'on ne le recouvre pas de louanges et de remerciements par la suite. Il fait ce qu'il doit faire, rien de plus. De la même façon, si tout le monde s'intéresse à quelque fait ou nouveauté, il évitera soigneusement de s'en mêler, ne désirant pas être incorporé au sujet ou que quelqu'un le remarque. D'un naturel simple, il ne craint pas de se salir les mains, de contribuer au travail des écuries, il s'est toujours occupé de ses chevaux lui-même, ne se contentant pas seulement de les apprivoiser. Il n'y a pas de tâches avilissantes, seulement des travaux nécessaires. Et puis ayant grandi dans une ferme, il connait bien ce métier là, et finalement, chaque geste se fait naturellement chez lui, par habitude et par instinct. Il est du genre couteau-suisse, c'est un homme multi-tâches, bricoleur, manuel, il peut aussi bien réparer une clôture qu'une bride abimée. C'est une nouvelle raison de son isolement: il croit se suffire à lui-même.

    Les bavardages inutiles le fatiguent, mais plutôt que de rembarrer les gens, il préfère les laisser s'essouffler sans rien répondre: son silence en dit souvent bien plus long que les phrases assassines qu'il pourrait sortir. Cependant, il ne faut pas toujours interpréter son mutisme de cette manière, même en présence de gens qu'il apprécie, son économie des mots est remarquable. Il arrive parfois que sa franchise prenne le pas sur son silence, et il ne se gêne alors pas pour dire les choses telles qu'il les conçoit, avec un esprit cynique qui peut surprendre. Il s'agit rarement de méchanceté, quelque fois d'un peu d'agacement, mais en réalité, on trouve essentiellement dans ses réparties cinglantes une marque de sa sagacité, qui reste d'ordinaire bien planquée derrière son air ténébreux.
    En bref, Isaak est un homme qui se définit bien plus par ses actions et ses attitudes que ses mots. Depuis toujours, il a apprit à se faire comprendre des chevaux par les mouvements de son corps, ses changements de figure, à de rares occasions par le ton de sa voix. Par habitude, il a tendance à croire qu'il peut agir sur le même fonctionnement avec les humains. Malheureusement, les hommes sont bien moins sensibles à la subtilité des signes corporels.
    Ceci dit, ce recul du monde lui donne un calme et un sang-froid sans réelle limite, ce qui en fait l'homme parfait dans à peu près n'importe quelle situation. Son esprit pratique le fera rapidement prendre la meilleure décision, sans se précipiter et commettre des erreurs sous le coup de l'adrénaline. Sa patience et sa persévérance le rendent également précieux avec les élèves comme les chevaux, car il n'abandonne pas tant qu'il n'a pas obtenu le résultat escompté. Les progrès sont parfois minces, voir imperceptibles, mais il ne se décourage pas et s'obstine, têtu jusqu'à la déraison. Trait de caractère qui peut parfois lui créer des problèmes avec la hiérarchie et les ordres, en effet, comme un prolongement de sa relation avec son père, il a du mal à se plier aux règles et aux exigences des supérieurs quand il est persuadé d'avoir raison. S'il se mord la langue autant qu'il peut, on l'entend souvent répliquer avec un aplomb rare et une désinvolture agaçante, presque provocante, et il n'est pas rare que s'il accepte un ordre en pestant, il se débrouille pour appliquer discrètement sa manière de penser, dans le dos des patrons.
    Malgré tout, il est prêt à tout entendre tant qu'on le traite d'égal à égal et non comme un subalterne. Il prend le temps de peser chaque avis sans les rejeter sur un premier coup de tête. Il écoute sans se permettre de juger, ce qui en fait un très bon confident à qui vider son sac, même s'il est difficile de l'amadouer assez pour cela.

    Chez Isaak, la colère ne s'aperçoit que de manière fugace: une mâchoire qui se crispe, le coin des lèvres qui se relève en un rictus méprisant, les poings qui se serrent une fraction de seconde. Puis, il se détourne avec indifférence, préférant passer à autre chose. De la même façon, on se rend rarement compte des passions qui l'enflamment parfois, c'est à peine si son regard semble étinceler un peu plus. Pourtant, malgré sa solitude affichée, c'est un être romantique et dont l'idéalisme le blesse. Quand cet état le saisit, il se trouve partagé: son âme est tourmentée par les plus grandes folies amoureuses, capable d'imaginer des plans délirants pour conquérir la belle, prêt à tout, se perdant dans des mélancolies romantiques, des désespoirs sans fin, mais toute cette fougue reste sous clef, douloureusement maintenue dans sa poitrine, et sa méfiance armée de ses désillusions monte la garde, bien décidée à ne pas se laisser avoir et à maintenir sa solitude habituelle, si confortable parfois. Il ne se déteste jamais autant que quand il aime.
    Il faut avouer également qu'après l'échec cuisant de son premier mariage, il est d'autant plus sur la défensive, ne se sentant guère capable de consacrer à une femme autant de temps qu'il le faudrait. Et puis il n'est pas encore assez fou, il n'a pas encore assez oublié, pour confier à nouveau son cœur à un être capable de l'écraser. Au moins, la solitude ne vous déçoit jamais.


  • Défauts : ]Silencieux (si c'est un défaut) - Mélancolique - Fumeur - Têtu - Solitaire – Changeant – Asocial - Sarcastique – Méfiant – Impassible - Marginal
  • Qualités : Efficace – Calme - Instinctif – Attentif - Loyal - Franc – Idéaliste - Perspicace – Patient - Obstiné – Séduisant – Ouvert d'esprit – Désintéressé – Bohème
  • Craintes: Isaak a peur d'être inutile. Malgré son caractère solitaire, il a besoin de sentir qu'il sert à quelque chose, qu'il fait quelque chose de bien sur terre. Il est terrorisé à l'idée que son existence n'aie aucun sens, car il sent bien que son absence ne changerait rien au monde, ou même ne serait-ce qu'à l'endroit où il se trouve. Ce vide qu'il sent lui fout le vertige.
    Il a également peur de finir comme son père et qu'un jour, pour une raison ou pour une autre, il perde sa passion pour les chevaux, tout ce qui compte pour lui à l'heure actuelle. Si ça devait arriver, il ne sait pas comment il pourrait s'en sortir.
  • Projets :Isaak se contente d'une vie simple et tranquille. Il n'est pas du genre à se projeter dans l'avenir, il préfère plutôt plutôt voir venir. Pour l'instant, son seul projet est de s'intégrer au ranch australien, de faire du bon travail avec les chevaux, d'être utile autant qu'il le pourra avec les élèves.



WHAT DO YOU LOOK LIKE ?



  • Description: Le sourire rare, un air perpétuellement renfrogné au coin de la bouche, on ne peut pas dire qu'au premier abord, Isaak donne envie de l'approcher. Malgré un physique avantageux, ses regards qui semblent froids -alors qu'il s'agit plus de distance ou d'indifférence- découragent un bon nombre de jeunes femmes.
    De taille moyenne, il présente néanmoins un corps bien proportionné, au torse et aux bras musclés par le travail des chevaux et des ranchs. La peau est légèrement brune, rendue halée par les heures passées sous le soleil et les cheveux sont tous aussi bruns, laissés à l'état sauvage la plupart du temps, mi-longs et rebelles, rarement attachés en queue de cheval et encore plus rarement coupés, uniquement quand leur rébellion devient trop ingérable. Comme si cette jungle ne suffisait pas, il arbore une moustache, souvent accompagnée d'un bouc, voir d'un fin collier de barbe, qu'il taille avec grand soin, ce qui est plutôt étonnant de sa part. Cette fantaisie pileuse souligne une mâchoire carrée très marquée, qui se contracte au moindre agacement. Son regard est d'une teinte si sombre qu'il semble souvent noir, lui donnant une nouvelle touche de dureté. Sa bouche est bien dessinée mais discrète, ne se prêtant que rarement aux sourires, et encore, nous appellerons chez lui sourire un bref et imperceptible soulèvement d'une commissure des lèvres! En effet, ses sourires se font toujours en coin et de manière dérobée, autant dire que les éclats de rires sont rarement observés sur cet homme. Le reste des traits est régulier, rien n'est trop gros ou trop petit, mais rien n'est remarquable non plus.
    Reste à noter les nombreux tatouages qui jalonnent sa peau, car ils sont au nombre de neuf, rien que cela! Pardonnez donc d'avance ce listing quelque peu primaire:
    Il porte sur le bras droit un parchemin dans un style old school avec inscrit le prénom de son ex-femme. Ah, les erreurs dues à l'amour! Juste en dessous, toujours sur le biceps, ayant des origines indiennes, il porte le tatouage d’une tête de chef Cherokee. Sur l'autre biceps, un cœur rouge une nouvelle fois rétro, percé de traits tribaux, lui même surmonté, au niveau de l'épaule, par un triangle inversé, de couleur bleue, symbole traditionnel de la féminité et de l’amour romantique. Sur l'index droit, on peut voir trois petits rectangles lorsqu'ils ne sont pas cachés par une bague. Sur l’avant bras droit s'ébat une hirondelle old school sur fond de vagues et de soleil couchant. Toujours dans le style pirate qui lui est cher, il porte un tatouage sur le mollet d’une tête de mort avec des tibias croisés en dessous, et l’inscription « Death is certain », un tatouage qui rappelle les aspects sombres et mélancoliques de sa personnalité. On trouve sur l'autre cheville, un point d’interrogation. Et enfin, à l’intérieur de l’avant-bras gauche, une phrase tatouée sur trois lignes : « Silence Exile Cunning » (« Le silence bannit la fourberie ») , il s’agit d’une citation de James Joyces dans « A Portrait of the Artist as a Young Man », nouvelle qu'il apprécie particulièrement.
    Ces tatouages sont pour lui comme un journal de bord, son corps étant un brouillon sur lequel il griffonne une sorte d'état des lieux, jour après jour.

  • Tenue Vestimentaire: Dans le genre nonchalant, on fait rarement mieux. Pas de style bigarré ou extravagant avec Isaak, on reste dans le basique et le pratique. Aux couleurs flashy et aux coupes expérimentales, il préfère ses éternels t-shirt et débardeurs blancs ou noirs, ses vieux jeans pour la plupart râpés aux genoux. Au moins comme ça, il ne dénote pas trop avec le style des jeunes du ranch. A de rares occasions, on le voit porter une chemise sans artifice, une veste ou un veston. Par contre, il sort rarement sans des bracelets autour des bras, de larges bandes en cuir le plus souvent.
  • Particularités : Adore porter des chapeaux, et quand il est d'humeur joviale, des lunettes de soleil de couleurs et de formes différentes. Il porte d'ailleurs des lunettes de vue pour lire, mais il déteste qu'on le voit avec et ne les met presque jamais.
    On le voit rarement sans une clope au bec, sauf quand il s'occupe d'un cheval.



AND YOUR STORY ?



  • Dans cette partie vous devez écrire l'histoire de votre personnage, de sa naissance jusqu'à aujourd'hui et expliquer pourquoi il est venu au ranch.
    La ferme dans laquelle Isaak avait vécu étant enfant avait d'abord été tenue par son grand-père, puis tout naturellement, son père, Aaron Keenan, avait pris la relève. Il était écrit qu'un jour, ce serait Isaak lui-même qui gèrerait la propriété. Et le jeune garçon se voyait très bien dans cet avenir là. Il adorait passer ses journées à trottiner derrière son père pour l'observer et l'imiter, il l'aidait autant que ses petits bras le lui permettaient, et son père ne manquait jamais l'occasion de le féliciter en rigolant, s'exclamant dans un éclat de rire “Comment pourrais-je m'en sortir sans toi?!”.
    Il n'était pas rare que le petit garçon manque l'école pour nettoyer l'étable ou aller donner de l'eau au troupeau, sans que ses parents ne s'en affolent vraiment, bien qu'ils le réprimandèrent à chaque fois pour la forme. A quoi bon fâcher un enfant qui faisait ce qu'il aime et ce qu'il était destiné à faire? Ils ne pouvaient que s'attendrir à le voir déjà se comporter comme un vrai petit homme, portant tant bien que mal des bottes de foin deux fois plus grosses que lui.
    Plus que tout, notre jeune Isaak aimait passer des heures assis au bord des prés où paissaient les chevaux que son père avait récupérés. Les pieds dans l'herbe, le soleil tombant sur sa tête et ses épaules, il pouvait rester des journées entières à les observer, quand bien même les équidés, trop effrayés, ne l'approchaient pas. Il remarquait leurs attitudes, leur façon de se comporter les uns par rapport aux autres. Inconsciemment et au fil des années, il avait appris à comprendre leurs mécanismes de défense, leurs réactions, leurs peurs. A rester tranquillement immobile dans un coin des prairies, sans essayer de les approcher, c'était finalement les chevaux qui venaient d'eux-même le voir, d'abord méfiants, puis de plus en plus confiants envers cet petit homme qui ne tentait jamais un geste dans leur direction.

    Avisant cette fascination pour les chevaux, son père lui apprit très jeune à tenir en selle. Mieux encore que de simplement lui apprendre à monter, il lui confia la charge d'une brave jument, la clémente et douce Yrgane, exigeant du petit garçon qu'il s'en occupe entièrement, pour chaque aspect. Il lui montra comment nettoyer son box, lui donner à manger et à boire, la panser, la sortir au pré, la seller et lui mettre une bride. Bien sûr, il l'aidait beaucoup au début, pour qu'il apprenne, et il ne le laissait jamais seul, le surveillant toujours du coin de l'œil, venant à sa rescousse dès qu'une tâche était un peu trop difficile pour son jeune âge. Cependant, face à la volonté de bien faire du garçon et surtout face à sa passion, il n'eut bientôt plus grand chose à faire si ce n'est le regarder travailler avec un sourire. A à peine sept ans, Isaak pouvait s'occuper d'un cheval de A à Z, effectuant même les tâches les plus ingrates sans rechigner, ne réclamant jamais de l'aide même pour les travaux qui étaient encore un peu trop difficiles pour lui. Il était fier de ses responsabilités, et il ne voulait pas admettre qu'il ne pouvait pas encore tout faire à son âge.
    Outre l'entretien de la jument, son père lui apprit les bases de la monte, la gentillesse de sa monture excusant sans peine ses erreurs de débutant. Il ne se passait pas une journée sans que le petit monta à cheval, empressé qu'il était de s'améliorer, et adorant plus que tout le contact chaud et rassurant de la puissante bête sous lui. Il progressait vite, et son père ne le ménageait pas, on apprenait à monter comme on monte à la campagne et dans les fermes, sans faire de chichis, il ne fallait pas avoir peur, et maintes fois Isaak tomba pour remonter aussitôt, sans avoir le temps de s'effrayer. Il monta à cru pour, d'après son père, mieux sentir les mouvements de sa monture et ainsi mieux comprendre et réagir, ne faire plus qu'un avec le cheval. Son père l'obligea à monter sans rêne, n'ayant d'autres moyens pour se faire comprendre de son compagnon que le poids de son corps, la pression de ses mollets et éventuellement sa voix. Plus le temps passait et plus il se sentait connecté à l'esprit des chevaux qu'il montait. Au fur et à mesure, son père lui confiait des chevaux un peu plus réactifs, pour qu'il ne se conforte pas dans le calme d'une jument comme Yrgane. Bientôt, il put accompagner son père à cheval pour rassembler le bétail et l'escorter d'une pâture à une autre.

    Isaak se souvenait très bien d'un dimanche après-midi, en plein mois d'août, durant lequel il avait vu arriver sous la chaleur déferlante un camion rempli de chevaux à moitié morts. Malgré la violence du soleil, le petit garçon s'était tout de même décidé à sortir de la maison pour aller faire un tour dans la petit écurie moite. Mais il n'avait pas eu le temps de faire deux pas à l'extérieur qu'il s'immobilisa, totalement hagard, observant son père comme il ne l'avait jamais vu auparavant, extirpant à bout de bras ce qui ne semblait plus que des fantômes. Ses muscles paraissaient sur le point d'éclater, mais ce n'était rien à côté du désespoir et de la panique qui luisaient dans ses yeux. Le soleil fondait sur la carrosserie de l'engin, se propageant par marées, des vagues faisant onduler l'air, et tout à coup, Isaak s'étonna d'une odeur de viande chaude dont il ne saisit pas la provenance, même des heures après. Un bourdonnement incessant résonnait à l'arrière de la remorque, et Aaron Keenan se débattait dans un nuage noir sans cesse épars et sans cesse reformé. Son grand-père aussi était là, et malgré son âge, il ne manquait pas de vigueur pour extirper ces chevaux. Isaak ne pouvait pas bouger, n'arrivant simplement pas à interpréter la scène qui se déroulait sous ses yeux. Un ami vétérinaire de la famille arriva en hâte, son pick-up freinant dans un nuage de poussière. C'est seulement à ce moment que notre jeune héros déglutit et, à moitié terrifié, s'approcha en courant, juste à temps pour voir le vétérinaire enfoncer une seringue dans l'encolure d'un hongre allongé sur le sol du camion. Isaak n'eut pas le temps de comprendre la signification de cette piqure que son père lui tendait la longe et le licol qu'il venait de passer à une jument, lui disant de l'amener au pré et d'y apporter de l'eau et du foin. Déjà, il était reparti au fond de la remorque pour tenter d'amadouer un autre équidé paniqué. Saisissant l'importance de sa mission, Isaak avait donc suivi sans rechigner les ordres, avec toute la rapidité dont il était capable. La petite jument baie hennissait beaucoup, effarée, ses naseaux se dilatant à un rythme effroyable, mais elle ne semblait pas blessée, et il réussit tout de même à la conduire à bon port, la lâchant dans la prairie pour y amener comme convenu à boire et à manger pour les rescapés. Il se hâta ensuite de retourner au camion, où les choses semblaient plus calmes. Trois silhouettes allongées restaient au fond de la remorque, immobiles au milieu du bal des mouches. Personne ne leur prêtait plus attention, il fallait avant tout s'occuper de ceux que l'on pouvait encore sauver. Plusieurs chevaux étaient trop blessés pour accepter d'avancer, et ils restaient bloqués dans la petite cour, hésitant à s'affaler sur les pavés. Le vétérinaire resta avec ceux là, leur apportant toute l'aide qu'il pouvait, tandis qu'Isaak guidait les chevaux les plus vaillants vers le pré, et que son père et son grand père amenaient les blessés qu'ils arrivaient à faire marcher jusque vers l'étable. Il n'y avait que deux boxes de disponibles à l'écurie, aussi décidèrent-t-il pour l'instant de les diriger plutôt dans l'étable, heureusement vide, les vaches étant en pâture. Les boxes libres furent attribués aux chevaux les plus gravement blessés, lorsque l'on arriva enfin à les déplacer.

    La funèbre cargaison était arrivée tôt dans l'après-midi, et pourtant la nuit était tombée depuis longtemps quand tous se décidèrent à prendre un peu de repos, à manger quelque chose. Ils avaient passé l'après-midi et la soirée à organiser tant bien que mal le séjour des survivants, à faire des rondes, à les surveiller, les examiner, les soigner, les calmer. On avait sorti quelques uns des chevaux de la ferme pour pouvoir faire de la place aux nouveaux arrivants.
    Ce n'est donc qu'à cette heure tardive qu'Isaak su véritablement le fin mot de l'histoire. Rien de bien original malheureusement, même si ce récit sembla aux yeux du jeune garçon totalement ignoble et donc exceptionnel: des tas de chevaux avaient été entassés dans ce camion en route pour l'abattoir, et cela faisait une journée et demi qu'ils étaient transbahutés sans eau ni nourriture lorsque le conducteur s'était arrêté pour se ravitailler et tout de même vérifier l'état de sa “marchandise”. Un peu effrayé en voyant plusieurs chevaux au sol, piétinés par les autres, et pris de remords, il se décida à s'arrêter dans une ferme simplement pour leur faire donner à boire et à manger avant de repartir. Malheureusement pour lui, mais heureusement pour les chevaux, il n'était pas tombé sur n'importe qui, et Aaron Keenan, en voyant le cauchemar à l'arrière du camion, avait entrepris de faire descendre les pauvres bêtes sans lui demander son avis. Hors de question que ces chevaux reprennent la route dans cet état et dans ces conditions! Impuissant, mort de honte et en même temps terrifié à l'idée de perdre son boulot, le chauffeur n'avait rien pu faire si ce n'est appeler son patron pour lui expliquer les choses, exagérant un peu la situation (Aaron Keenan devenant une troupe entière de défenseurs des animaux ayant pris son camion en otage) pour éloigner la foudre d'au dessus de sa tête. Même s'il râlait pour la forme, il était finalement bien content d'avoir croisé quelqu'un capable de prendre la décision qu'il n'avait pu suivre et ainsi sauver les équidés.

    Ceci dit, l'employeur du camionneur n'entendait pas la chose de cette oreille, et si la famille Keenan voulait garder ces “carnes” (c'était ses mots), qu'elle le fasse, mais il faudrait dans ce cas lui acheter chaque bête. Sans vraiment réfléchir, Aaron accepta, bien décidé à arracher ces chevaux de l'horreur qu'on leur promettait, même s'il savait que sauver ceux-là n'en empêcherait pas tant d'autres de périr dans les mêmes conditions. Ce fut une période difficile financièrement, mais chaque membre de la famille assuma avec joie ce sacrifice, conscient que chaque jour maigre valait largement la peine d'être endurée pour la vie de ces chevaux.
    Avec l'aide du vétérinaire ainsi qu'une attention de tous les instants, ils se rétablirent vite, même si la majorité semblait encore traumatisée par ce trajet, s'affolant pour un rien. D'ailleurs, il fallut mettre au pré la plupart dès que leur état le permit, car ils étaient plusieurs à ne pas supporter le simple fait d'être enfermé dans un box. Isaak passa donc son été à s'occuper de chacun d'entre eux avec une infinité de soins et c'est ici qu'il comprit complètement la passion de son père et ce que représentait réellement ce qu'il faisait avec les chevaux qu'il récupérait. Jusqu'à présent, bien sûr, il était fasciné devant le travail de son père qui remettait des chevaux maltraités ou craintifs en confiance, qu'il rééduquait, mais tout cela restait finalement assez flou, il n'en avait jamais aussi bien vu l'enjeu, l'aspect vital. Tout changea cet été là, et dès lors, il ne cessa d'admirer son père et de désirer ardemment faire preuve d'autant de talent et de cœur.
    Après des semaines de travail, de patience, de soin, les rescapés retrouvèrent santé et confiance, et les Keenan réussirent à trouver des familles d'accueil pour la plupart de leurs petits protégés. Car c'était la règle: quand un cheval était guérit, il devait partir pour laisser la place à un autre, qui avait besoin de la même chance. C'était difficile de voir s'en aller des chevaux auxquels on s'était attaché, mais il y en avait tant d'autres à sauver!

    Après ce bouleversement, aller à l'école devint d'autant plus pénible pour lui. Même loin de la ferme, il passait ses journées à penser aux chevaux, à ce qu'il pourrait faire pour régler le problème d'un tel, aux jeux qu'il allait mettre en place avec tel autre, et ainsi de suite. Assis en classe, il ne faisait que se projeter sur ce dont il s'occuperait une fois rentré, et dans ces conditions, il était bien difficile pour les professeurs d'avoir son attention. Déjà en décalage par rapport aux autres élèves, le fossé se creusa encore, agrandit par l'incompréhension. Les autres enfants ne comprenaient pas ce petit être sombre qui ne voulait jamais s'amuser et qui semblait toujours préoccupé ou absorbé par quelque chose qui leur échappait, alors ils préféraient se moquer de lui, le délaisser. Isaak quant à lui regardait ses camarades avec dédain, il les trouvait bêtes de ne pas s'intéresser à ce qui était vraiment important, à savoir les chevaux. Plusieurs bagarres d'enfants éclatèrent, sans réelle conséquence si ce n'est de définitivement rayer l'école de la liste des priorités d'Isaak. Car dorénavant – et le comportement des jeunes de son âge le confortait dans son choix- il ne vivait que pour les chevaux, et rien d'autre ne comptait. Rien d'autre si ce n'est Keely, sa seule ancre dans ce monde hostile des humains. Quand il daignait faire l'effort d'apparaître dans l'établissement scolaire, c'était bien souvent suite aux suppliques attendrissantes de sa jeune sœur qui aurait tant voulu l'intégrer au cercle de ses amis. Pour elle, il était même capable d'endurer une fête du samedi soir, de temps en temps, quand bien même il passait la soirée à ruminer dans son coin, se demandant ce qu'il faisait là. Avec elle, il oubliait d'être ronchon, et il se prêtait à tous ses caprices avec une docilité de labrador. Il faut avouer qu'elle savait comment l'amadouer, l'attendrir, et malgré leurs caractères et leurs centres d'intérêt si différents, elle avait compris son fonctionnement et était capable de décrypter le moindre de ses gestes et de réagir en conséquence. Pour passer du temps avec elle, Isaak était même prêt à délaisser les chevaux une heure ou deux, ce qui n'était pas loin d'être un miracle.

    Dès que le jeune garçon eut seize ans et donc son permis, il se transforma en chauffeur personnel pour sa petite sœur. Ils partaient souvent faire des virer tous les deux, et dès qu'elle avait besoin d'aller quelque part, il la conduisait sans sourciller. Tout semblait parfait à cette époque là. L'adolescent s'améliorait de jour en jour dans son apprentissage avec les chevaux, devenant de plus en plus habile et subtile, pouvant sans mal relayer son père ou lui alléger le travail en prenant entièrement en charge la rééducation de certains de leurs “patients”. Keely était heureuse, entourée d'une joyeuse bande d'amis qu'elle adorait, et amoureuse depuis peu d'un garçon appelé Lucas, semblant bien sous tout rapport, même si Isaak le surveillait d'un air réprobateur, prêt à lui tomber dessus à la moindre erreur.
    La plupart du temps, Isaak allait chercher sa sœur quand elle voulait rentrer après avoir passé la journée en ville avec Lucas. Jusqu'au jour où ce dernier reçut en cadeau un scooter, et dès lors, Keely n'eut plus besoin qu'Isaak fasse des trajets pour venir la récupérer. Notre jeune homme ne dit rien, n'affichant que de l'indifférence, mais il était en réalité quelque peu blessé, il avait l'impression qu'on venait de lui voler des moments privilégiés avec sa sœur. Il était jaloux du temps que Lucas pouvait passer avec elle quand lui ne le pouvait pas. Bien sûr, il était très heureux du bonheur de sa petite sœur, et qu'elle ait trouvé quelqu'un de bien, mais il se sentait d'autant plus seul désormais qu'elle avait moins de temps à lui accorder.

    Quelques temps après, alors qu'il faisait travailler un étalon dans le rond de longe, une voiture de police vint s'arrêter devant la maison. Intrigué et inquiet, Isaak laissa là le cheval pour aller à la rencontre des policiers, son père n'étant pas là et sa mère sans doute trop occupée dans la cuisine pour avoir entendu le véhicule arriver. Les deux agents avaient l'air mal à l'aise et avançaient avec lenteur. On sentait qu'ils auraient préféré être n'importe où ailleurs plutôt qu'ici. Isaak les salua d'un bref hochement de tête, les sourcils froncés, attendant que l'un d'eux prenne la parole. Finalement, le plus âgé s'avança encore d'un pas, enleva son chapeau puis prit enfin la parole.

    “Isaak, je suis vraiment désolé. Ta sœur... Elle vient d'avoir un accident, juste un peu plus haut sur East River Road. Il n'y avait déjà plus rien à faire lorsque l'on est arrivés. Elle et son petit ami ont été percuté par un camion à la sorti d'un virage, ils sont morts sur le coup...”

    Les phrases conventionnelles et désolées s'enchainaient. Isaak se sentait s'écrouler, s'effondrer, et pourtant, il restait immobile, droit et raide comme un mort. Incapable de répondre un simple mot aux deux policiers. Il cligna des yeux plusieurs fois, étonné qu'aucune larme ne s'y accroche. Il ne comprenait rien à ce qui arrivait.

    Ton père est là?
    -Non, il est à la ferme des Lockart... Ma mère est dans la cuisine.
    -Tu veux que j'aille lui parler...?
    -Non... Je vais le faire.


    Sans plus s'occuper des agents, il se détourna et se dirigea vers la maison d'un pas incertain. Aussi étrange que cela paraisse, il ne pensait à rien. Il était vide désormais. Lorsqu'il entra dans la cuisine, sa mère perdit immédiatement son sourire devant le visage mortellement pâle qu'il arborait et l'expression indéfinissable qui trônait sur son visage. Elle sut immédiatement qu'un drame s'était joué, elle ignorait seulement quel être cher venait de lui être arraché. Isaak n'eut jamais de parole plus difficile à prononcer que ce jour là. Pourtant, il a suffit d'un murmure.

    Keely...

    Sa mère éclata en sanglots et se jeta dans ses bras en hurlant, s'accrochant à ses épaules avec un désespoir de forcené. Devant l'expression si déchirante du malheur, Isaak sut enfin comment il était censé réagir lui aussi. Des larmes silencieuses creusèrent leur sillon le long de ses joues, sans qu'il puisse en réprimer aucune. Elles auraient pu y laisser des cicatrices qu'elles n'auraient jamais été aussi douloureuses. Mais quasiment aussitôt, sa mère s'évanouit, Isaak ayant juste le temps de la rattraper avant qu'elle ne heurte le carrelage. Il la garda dans ses bras jusqu'à ce qu'elle revienne à elle, et son réveil était toujours agité des pleurs les plus violents.

    Les funérailles furent organisés, mais on ne parvint jamais à faire le deuil. Il y avait désormais comme un fantôme toujours présent à la ferme, jetant son voile partout. Les liens de la famille se dénouèrent, hantés par les non-dits. Chacun s'enfermait dans sa douleur. Il n'y avait plus de place que pour ça. Le grand-père ne dit jamais rien, ne montra jamais rien. Il s'enferma dans un silence encore plus opaque que d'ordinaire. La mère d'Isaak sombra dans une dépression hystérique, passant de la léthargie la plus effrayante à un état de stress et de suractivité anormal. Elle passait des journées enfermée dans sa chambre à dormir avant de se mettre à ranger toute la maison, à cuisiner des quantités de tartes qu'on ne mangerait jamais, à parler de manière frénétique, comme si rien n'était arrivé. Un mot suffisait à la jeter dans les larmes quand bien même l'instant d'avant tout semblait aller. Aaron perdait patience. L'hystérie de sa femme le mettait sur les nerfs, lui qui essayait de reprendre une vie normale sans jamais évoquer la perte qu'ils avaient vécue. Il avait pris le parti de nier, d'oublier, de ne jamais en reparler. Le nom de Keely était devenu tabou. Pourtant, malgré cette résolution, il semblait avoir perdu le goût de ce qui le motivait avant. Il continuait à travailler son bétail, mais simplement pour vivre, et s'il s'occupait encore des chevaux, c'était en ayant perdu toute sa passion.

    Au contraire, Isaak s'abandonna entièrement aux chevaux. Désormais, il ne lui restait que ça. Il travailla avec un acharnement qui n'avait de but que de lui faire oublier d'être malheureux. La souffrance ne disparaissait jamais, mais auprès des chevaux, il arrivait à en faire abstraction. Eux aussi souffraient. Et il pouvait les aider.
    Il ne remit plus jamais les pieds à l'école, et ses parents s'en rendirent à peine compte. Les discussions entre eux étaient maigres voir inexistantes. On ne trouvait rien à se dire. Isaak ne supportait pas cette espèce de mensonge auquel tous consentaient. Il ne pouvait pas faire comme si Keely n'avait jamais existé. Les blancs, quand l'un d'eux interrompait sa phrase alors qu'il était sur le point de parler d'elle, le rendait dingue. Parler dans cette maison revenait à avancer sur un terrain miné. Il fallait penser à chaque mot, pour qu'aucun n'évoque la défunte. Le jeune homme ne pouvait endurer cette mesure, ce dénie. Il s'enferma à son tour dans un silence absolu, ne répondant que par des hochements de tête et un minimum de mots.
    A quelque chose malheur est bon. En quelques mois, Isaak fit des progrès fulgurants avec les chevaux. Il avait déjà acquis un bon niveau ces dernières années, en travaillant avec son père, mais durant cette période de malheur, les journées passées exclusivement avec les équidés lui avaient permis de développer par lui même de nouvelles manières de travailler. Il y eu bien sûr des erreurs, il tâtonna souvent, mais la plupart du temps, son instinct ne le trompait pas. Plus ça allait et plus il voyait comme une évidence les moyens de régler tel ou tel problème. Bien vite, on s'émerveilla de tant de talent à son âge, surtout que tout cela semblait parfaitement naturel chez lui. On n'avait jamais manqué de chevaux à aider au ranch, grâce à la réputation d'Aaron, mais à partir de cette époque, les demandes se multiplièrent, tant on parla du don de Keenan fils dans la région.

    Ce quotidien dura plusieurs années durant lesquelles il eut le temps de se perfectionner encore. Mais son père avait perdu le goût des chevaux ainsi que sa patience. Il manquait de calme, devenant même colérique par moment. Plusieurs fois, il commit des erreurs avec les chevaux, mais quand son fils le lui fit remarquer, il s'emporta encore davantage. Isaak ne pouvait pas comprendre comment cet homme qui avait été tellement passionné et attentif ne se rendait pas compte qu'aujourd'hui, il en venait à nuire à ses protégés. Il était devenu aigri, et il ne cessait de critiquer les tentatives de son fils lorsque celui ci ne suivait pas les méthodes qu'il lui avait apprises. La mauvaise foi de son père était flagrante, comme s'il lui reprochait finalement de ne pas s'être contenté de rester en arrière à l'aider, mais dans l'ombre et sans jamais se faire remarquer.
    Il était devenu impossible pour les deux hommes de travailler ensemble. Ils s'évitaient, et eux qui avaient si souvent échangé des conseils, discuté pendant des heures des meilleurs solutions pour chaque cheval, ils ne s'adressaient plus la parole que lorsque c'était obligatoire. Leurs rares discussions tournaient inévitablement en disputes et règlements de compte. Isaak aurait voulu que son père se reprenne en main et se rende compte du laisser-aller dont il faisait preuve avec les chevaux. Aaron quand à lui voyait dans les propos de son fils du manque de respect, il avait l'impression que le jeune homme le regardait de haut. Il aurait voulu qu'il suive ses ordres sans rechigner, sans initiative de sa part. Aaron Keenan ne se sentait plus maître chez lui, et il ne supportait pas cette idée alors inconsciemment, il s'acharnait sur son fils, le chargeant de tâches ingrates, criant sur lui à la moindre occasion.

    Isaak en eut finalement assez, et malgré sa patience, il ne pouvait plus faire le dos rond. La considération qu'il avait pour son père avait fini de s'émousser après une énième dispute, il ne voyait plus qu'un homme triste et méchant. Sans plus réfléchir, il rassembla quelques affaires et partit, malgré les suppliques de sa mère qui voyait partir son dernier enfant.
    Les mois d'errance qui suivirent furent difficiles, mais malgré cela, c'était un mode de vie qui lui convenait bien. Heureusement pour lui, il avait eu la bonne idée de partir en été, ainsi, il ne souffrit pas du froid et pouvait se permettre de dormir à la belle étoile. Les chevaux lui manquaient, et il ne savait pas quoi faire, mais il se débrouillait pour vivre au jour le jour, et c'était déjà ça. De temps en temps, il séjournait dans une ferme où une brave famille l'accueillait en échange d'un peu d'aide avec leurs bêtes. D'autres fois, il se forçait à aller travailler pendant une semaine ou deux dans une petite ville, en tant que plongeur dans un restaurant minable par exemple. Ça lui permettait de s'acheter à manger pour quelques temps, et il pouvait ainsi reprendre la route.
    Son errance prit fin le jour où il rencontra Elena. A dire vrai, il fit d'abord la connaissance avec son cheval, Odyssée. En effet, le grand étalon bai fonçait sur lui tandis qu'il marchait tranquillement sur un petit chemin. Aussitôt, instinctivement, il envisagea la situation et en quelques instants, il parvint à récupérer le cheval et l'arrêter. Il le calma quelques instants avant de revenir sur ses pas jusqu'à trouver une jeune femme entrain de se redresser péniblement. Il lui tendit une main secourable, et les deux jeunes gens commencèrent à discuter. La dénommée Elena lui raconta comment sa monture l'avait jetée à bas en entendant des chiens aboyer. Isaak lui exposa plusieurs moyens pour aider son cheval à dépasser cette peur, et intriguée, Elena lui demanda où il avait appris a comprendre ainsi les équidés. A son nom, les yeux de la jeune femme étincelèrent. Elle avait entendu parler des exploits réalisés sur plusieurs chevaux jugés irrécupérables qu'on avait envoyés au ranch des Keenan. Sans plus attendre, elle lui demanda de s'occuper de son étalon, et Isaak se fit une joie d'accepter. Il n'avait pas pu s'occuper de chevaux depuis des semaines, et cette simple perspective le rendait fou de joie.

    Deux mois passèrent durant lesquels il régla le problème d'Odyssée à l'aide de patience et d'astuce. Ceci dit, bien que tout deux furent totalement conscients qu'Isaak n'avait plus de raison de rester, d'un accord tacite, ils firent semblant de ne pas voir qu'Odyssée était guéri. On fit semblant de trouver encore quelques craintes chez le cheval, de s'en occuper encore pendant un bon mois. Mais il fallut bien se rendre à l'évidence: ce n'était plus le cas de ce cheval qui retenait Isaak au haras. Elena lui proposa innocemment un travail permanent au ranch et il s'empressa d'accepter. Dès lors, ils ne se quittèrent plus, et petit à petit, ils s'avouèrent leur amour, arrêtant de se cacher derrière de fausses raisons. Tout allait bien pour eux, ils s'accordaient parfaitement, tant dans leur relation que dans le travail. Elena admirait les méthodes qu'Isaak employait, elle l'observait, fascinée. Bien vite, ce talent établi dans le haras déjà réputé d'Elena attira les propriétaires. Isaak n'avait jamais été aussi heureux, il faisait ce qu'il aimait à sa manière, avec la femme qu'il aimait auprès de lui. Son cœur romantique se voyait déjà vieillir ici avec elle. Il ne lui en fallut pas plus pour la demander en mariage, et elle accepta. Ils formaient un couple éblouissant, tout le monde s'accordait à le dire. On ne semblait pas pouvoir mieux réussir, tant dans sa vie professionnelle que privée. Plusieurs années passèrent dans ce bonheur calme.
    Mais les deux amants finirent par s'éloigner. A nouveau, Isaak se laissa totalement absorber par son travail. A croire que dans sa vie, les chevaux seraient toujours la seule valeur sûre. Le jeune homme refusait de voir la réalité, il esquivait les reproches de sa femme, faisait mine de ne pas les comprendre, de ne pas voir que ça n'allait plus. Au fond de lui, il savait bien que ce n'était plus comme avant, et peut-être même qu'ils ne s'aimaient plus. Mais leur vie était rassurante, confortable, et il ne voulait pas perdre ça. Pourtant, après des mois de crise, il fallut bien se rendre à l'évidence: leur histoire était terminée. Isaak se sentit presque abandonné, mais il prit sur lui pour ne pas qu'Elena s'en rende compte. Bien que difficile, la rupture se déroula sans accroc. Isaak n'avait pas le courage de protester contre quoi que ce soit, il se sentait abattu. Sans vraiment savoir pourquoi, il décida de partir bien loin, vivre en Angleterre. Peut-être que l'Europe lui offrirait de nouvelles choses?

    Il voyagea beaucoup, sans réellement se fixer quelque part, malgré sa maison en Angleterre. Il apprenait les méthodes que l'on avait développées ici, en profitait pour montrer son propre savoir faire. Il vivait uniquement pour les chevaux, et avait mis comme oubliait qu'il existait d'autres occupations. Bien qu'il appréciait le partage, il ne se lia pas avec les gens qu'il croisaient. Il avait quelque fois envie de vivre comme un reclus, de s'isoler dans sa propriété anglaise avec seulement quelques chevaux comme compagnon. Il aspirait à une vie sans tumulte, sans nouveauté et sans bonheur peut-être, mais surtout dénuée d'agitation et de souffrance. Il se sentait incapable de conjuguer son amour des chevaux avec une vie normale. Il n'y avait de place pour rien d'autre. Pourtant quelque fois, il aspirait à communiquer cette passion, mais il avait le sentiment que personne -hormis ses confrères chuchoteurs- n'arrivait à comprendre ce besoin.

    Il découvrit par hasard l'existence d'un ranch en Australie, dont la spécificité lui plu immédiatement. Évoluer au milieu des chevaux tout en pouvant peut-être aider également des jeunes en difficulté? Isaak n'était pas sûr d'en être capable, pas vraiment doué en rapport humain. Mais il espérait que peut-être, son énergie communicative quand il s'agissait des chevaux pourrait déteindre sur les humains. Il appela les responsables du ranch si particulier, et après avoir pris de nombreux renseignements, avoir bien pesé le pour et le contre, il décida de se lancer dans l'aventure, une place de professeur-chuchoteur étant justement à pourvoir.

    Le voilà maintenant qui débarque à Eternity Ranch, un peu perdu, mais bien décidé à trouver sa place ici.





IN THE REALITY




  • Prénom/Pseudo : Jen
  • Célébrité Utilisée : Johnny Depp
  • Comment avez-vous connu le forum : Par top-site
  • Comment le trouvez-vous ? : Vraiment intéressant pour ce que j'en ai vu pour l'instant, j'aime le concept, l'histoire est à la fois intéressante et simple, ce n'est pas du déjà vu, et en même temps c'est crédible, sans oublier qu'il y a des chevaux Wink
  • Codes ( 1 Rules - 1 Context ) : OK by Lena
  • Autres : Alors je tenais à vous dire que je ne sais pas trop quelle sera ma disponibilité ces temps-ci. D'ordinaire, je suis quelqu'un qui s'investie beaucoup dans les forums où je m'inscris, mais fin novembre/début décembre j'ai un tas de choses à rendre pour la fac, sans parler des partiels fin decembre/début janvier. Résultat, c'est sans doute pas la meilleure période pour m'inscrire, mais j'ai besoin de me changer les idées, sans compter que jsuis vraiment motivée. Au final, même si je risque de ne pas avoir énormement de temps pour écrire, ça m'empêchera pas de passer tout de même sur le forum quasi-quotidiennement. Autre chose, je me suis inscris ici dans le but de décompresser et de pas me prendre la tête, j'ai envie d'écrire plus spontanément que je le fais d'ordinaire (je suis du genre perfectionniste qui ecrit au moins quatre pages par message...), en me recentrant plus sur l'avancement de l'action que sur l'écriture, donc voilà, j'espère que je trouverais ici des gens qui me redonneront le goût de la simplicité et des rps plus courts mais plus réguliers et sans recherche de la perfection!

    [Et au passage, je m'absente à partir de cet aprèm jusqu'à demain soir, donc si je réagis pas d'ici là, allez pas penser que voilà, maintenant que j'ai fait ma fiche je suis plus là!]


Dernière édition par Isaak Keenan le Sam 20 Nov - 10:28, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Shou Fujimori

avatar

Nombre de messages : 219
Age : 26
Date d'inscription : 18/02/2009

Feuille de personnage
Age: 18 ans
Relations:

MessageSujet: Re: Isaak Keenan, The Lonely Cowboy [Validé]   Ven 19 Nov - 9:17

    Bienvenue =D
    Oh, quatre pages word c'est good ca =D
    Mais, bon certaines personnes ici, nous les font facilement, ce qui est bien c'est qu'on trouve tous les niveaux =)
    J'espère que tu te plaira parmi nous alors ♥
Revenir en haut Aller en bas
Yume Kumo
Admin



Féminin Nombre de messages : 1719
Date d'inscription : 19/07/2008

Feuille de personnage
Age:
Relations:

MessageSujet: Re: Isaak Keenan, The Lonely Cowboy [Validé]   Ven 19 Nov - 9:52

    Welcome !
    Merci de ton inscription sur ER.
    Je suis désolée, je n'ai pas le temps de lire et valider ta fiche, je passe juste en coup de vent T.T Mais je peux te dire qu'il faut que tu modifies la mise en page de ta présentation pour ne pas avoir des écritures normales et d'autres petites ! :3 Merciii !
Revenir en haut Aller en bas
Lena
Admin

avatar

Féminin Nombre de messages : 2583
Age : 23
Type (humain, cheval...) : Ghost .. ?
Age : 20
Amour : ...
Date d'inscription : 17/12/2006

Feuille de personnage
Age: 20 ans
Relations:

MessageSujet: Re: Isaak Keenan, The Lonely Cowboy [Validé]   Ven 19 Nov - 13:12

    Bienvenue !


    Tu t'es très bien approprié ce post vacant, et je tenais à dire que j'aime beaucoup ta fiche ! =D
    Sinon comme l'a dit Yume, il faut que tu rectifies ta mise en page (oui je sais le formulaire, c'est un peu du n'importe quoi avec les codes --'). Il faut aussi que tu complètes la case "Craintes" dans le caractère (si ce n'était pas un oubli, tu peux ne rien mettre si tu veux).
    Ensuite ne t'inquiète pas par rapport à ton activité sur le forum. On est plusieurs ici à avoir du mal à être toujours très actif, tu fais comme tu peux (:
    Et comme l'a dit Shou, ici il y a vraiment de TOUT niveau RP, alors tu trouveras forcément des personnes avec lesquels ça collera bien ! =)

    Bref, une fois que tu auras modifié ta mise en page je te validerai Wink
Revenir en haut Aller en bas
http://x-endless-night-x.skyblog.com
Isaak Keenan

avatar

Nombre de messages : 5
Age : 27
Date d'inscription : 15/11/2010

Feuille de personnage
Age: 31 ans
Relations:

MessageSujet: Re: Isaak Keenan, The Lonely Cowboy [Validé]   Sam 20 Nov - 9:51

Tout d'abord, merci à vous trois pour l'accueil Smile

T'inquiète pas Yume, je comprends que tu n'ais pas le temps, on a tous une vie en dehors, pis je sais ce que c'est que de tenir un forum de rpg Wink
Puis on est pas pressé, maintenant que jsuis là, j'y reste!

Shou Fujimori a écrit:
    Oh, quatre pages word c'est good ca =D

Comme tu dis, c'est plutôt sympa, jusqu'au moment où tu commences à te prendre la tête pour faire des réponses de mieux en mieux, et finalement, tu perds beaucoup du plaisir de jouer. C'est ce qu'il me manque, donc j'essaie de revenir aux sources, en étant moins exigeante avec moi-même.

Lena, mille merci pour les gentillesses dites dans ton message! Sachant qu'en plus c'est toi qui a créé ce post vacant, ça me touche d'autant plus. Contente qu'il te plaise et qu'il ne te semble aps trop dénaturé. Mais bon, je pense que je me l'approprierais plus au fil des rp, en le faisant agir et réagir, là j'ai encore une image trop floue je trouve.

Pour la case "craintes", je sais pas comment j'ai réussi a passer à côté ôO Mais l'erreur est réparée!
Pour l'activité, je me doute bien que je ne suis pas la seule dans ce cas, donc ça devrait aller. Mais c'est surtout que je choisis mal ma période ^^'

Pour la mise en page, ça me semble bon...?

Encore merci à vous!
Revenir en haut Aller en bas
Skуe Stewart
Modo

avatar

Féminin Nombre de messages : 623
Age : 25
Type (humain, cheval...) : Humain
Age : 18 ans
Amour : ...
Date d'inscription : 30/06/2008

Feuille de personnage
Age: 18 ans
Relations:

MessageSujet: Re: Isaak Keenan, The Lonely Cowboy [Validé]   Sam 20 Nov - 10:13

    Bienvenue parmi nous :] ! Au passage ta fiche est superbe :3 ! C'est presque bon ^^ il reste l'affiliation, le statut ainsi que la célébrité utilisée à rectifier Wink. * Je crois que j'ai rien oublié xD * . Je laisse à Lena, le plaisir de te valider !.
Revenir en haut Aller en bas
Isaak Keenan

avatar

Nombre de messages : 5
Age : 27
Date d'inscription : 15/11/2010

Feuille de personnage
Age: 31 ans
Relations:

MessageSujet: Re: Isaak Keenan, The Lonely Cowboy [Validé]   Sam 20 Nov - 10:30

Erf, en effet, j'étais passée à côté sans les voir ceux là. Merci Smile

Et merci pour le compliment Embarassed Si vous commencez à me flatter, je vais me plaire ici What a Face
Revenir en haut Aller en bas
Lena
Admin

avatar

Féminin Nombre de messages : 2583
Age : 23
Type (humain, cheval...) : Ghost .. ?
Age : 20
Amour : ...
Date d'inscription : 17/12/2006

Feuille de personnage
Age: 20 ans
Relations:

MessageSujet: Re: Isaak Keenan, The Lonely Cowboy [Validé]   Sam 20 Nov - 12:11

    On espère bien que tu vas te plaire ici ! =D


    Sinon tout est bon ! Tu peux jouer. Wink
Revenir en haut Aller en bas
http://x-endless-night-x.skyblog.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Isaak Keenan, The Lonely Cowboy [Validé]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Isaak Keenan, The Lonely Cowboy [Validé]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Validée]Les techniques de Akari Hadashi
» [Validée]Un Joyeux Hey de la part de Sora =)
» Rose (Pré-validé par Wolf Print)
» .....im a poor longsome cowboy.....
» Mangemort 23 [Validée par Yuki Hoseki ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Eternity Ranch :: • Présentation des humains :: • Garçons :: ☺ Papiers vérifiés.-
Sauter vers: